Faut savoir se contenter de beaucoup

Faut savoir se contenter de beaucoup

88 views

“La révolution, c’est pas de la tarte, même pour Noël, agitateur anarcho-burlesque et impérial trublion de l’internationale pâtissière. Et comme le chemin est long du grand soir à l’aube radieuse, autant le faire en Cadillac. À condition bien sûr d’en dénicher une, parce que les Cadillacs c’est comme les indignés, plus on en parle, moins on en trouve. Mais question tôle, c’est quand même plus classe qu’une cellule à la Santé. C’est pas Jean-Marc qui dira le contraire. Un persévérant, Jean-Marc. Pas le genre à se résigner. Avec lui, faut savoir se contenter de beaucoup. Longtemps porté sur l’action directe, il découvre avec Noël les charmes de la révolution buissonnière. Et tous deux nous entraînent sur les chemins de traverse, par delà les barrages, au gré des Muses et des rencontres complices, irrésistiblement aspirés par la quête d’un monde meilleur.”

Ce film est la rencontre de deux icônes de la subversion. Jean-Marc Rouillan ancien membre d’Action directe et Noël Godin, entarteur et auteur entre autres de l’Anthologie de la subversion carabinée, auraient pu se croiser au début des années quatre-vingt pour le meilleur ou pour le pire, mais c’est devant la caméra de Jean-Henri Meunier, plus de trente ans après, que la rencontre se produit.

Noel Godin & Jean-Marc Rouillan
Prix d’interprétation au Festival Groland / Fifigrot, 2015